Saison: À l'année
Lettrine - W pour War cake

War cake

Gâteau de guerre

Propulsé par CAMI
War cake
Crédit photo: Isaac Leblanc

War cake : plat typique, N.M.

Définition ludique

C’est bien connu, aux Îles, toutes les histoires se déforment… ou presque. Par exemple, une femme avec un simple mal de dents à l’Étang-des-Caps verra sa condition empirer de village en village, jusqu’à ce que la palabre règle son sort à Grande-Entrée : la mort d’une femme édentée est imminente! Les nouvelles ici partent au grand vent comme les meubles de patio en automne et on ne sait jamais dans quel état on les retrouvera! Toutefois, il existe une exception, et la mention d’honneur revient à la communauté anglophone des Îles. Durant la guerre de 39-45, la population connaissait une période de rationnement et il a fallu tenter d’innover pour s’alimenter. On aurait fait paraître dans la Presse Canadienne une recette de gâteau pas d’œufs, pas d’lait, pas d’beurre, qu’on aurait également nommé « gâteau de l’homme pauvre ». Cette recette a traversé les années sur l’Est des Îles et, des décennies plus tard, tous la cuisinent encore exactement de la même façon, en suivant exactement la même recette. C’est ce qu’on pourrait appeler une discipline presque… militaire!

Le pot-en-pot du café de la grave

Pour Anne-Marie et Berthe, le pot-en-pot est un repas de tous les jours. Pour Nathalie et Marie-Claude, ça prend une occasion spéciale pour mettre la main à la pâte. Pour Vanessa, ce mets rappelle le poêle à bois et la buée dans les vitres chez mamie. Chose certaine, ce plat réconfortant est bien présent chez plusieurs Madelinots et nombreux sont ceux qui salivent à l’idée d’en manger une part pour souper.

« Si vous voulez goûter à du pot-en-pot, c’est ici, au Café de la Grave, qu’il faut le manger! C’est parce qu’on le fait comme chez nous », raconte Nathalie, copropriétaire du restaurant. La recette que le Café a adoptée, c’est la sienne combinée à celle d’Anne-Marie, qui travaille en cuisine. Ça donne un résultat qui plait à tout le monde, puisqu’une moitié de son inspiration provient de Grande-Entrée, et l’autre du Havre-Aubert.

« Au Café, il n’y a pas de pâte en dessous, sinon ça fait trop de pâte. Mais à la maison, c’est dans un grand plat à lasagne avec une pâte au-dessus et une pâte en dessous », poursuit Nathalie. La recette familiale traditionnelle a été adaptée pour le Café afin de vraiment mettre en valeur les produits de la mer. Bien que le pot-en-pot puisse être servi à plusieurs sauces (anguille, maquereau, éperlan, palourde), c’est celui aux fruits de mer qui a remporté la place de choix sur le menu. Comme à la maison, il regorge de gros morceaux. On peut facilement identifier les ingrédients qui le composent : pinces de homard, pétoncles entiers et crevettes nordiques, qui, elles, se doivent d’être québécoises pour que le mets soit entièrement madelinot-québécois. « Y a aussi un peu de patates, mais il faut vraiment dire un peu! », ajoute Nathalie en riant.

Marie-Claude, copropriétaire du Café et fille de Nathalie, croit que la popularité du plat s’est transmise de bouche à oreille, et aussi parce que c’est un plat très typique : « Y a des familles pour qui c’est la tourtière du Lac, ici, c’est le pot-en-pot! Si vous ne comprenez pas l’engouement, c’est que vous n’en avez pas mangé un bon. Et le meilleur pot-en-pot, il est ici! ».

Activités calendaires

Mai à octobre

Soupers accompagnés de musique et de chansons / Tous les soirs, ou presque.

Mai à octobre
Mai et juin

Céramiques cafés / Fins de semaine

Mai et juin
14 juillet

Fêtes des Français (tournois de pétanque)

14 juillet
18 juillet

Anniversaire du Café de la Grave

18 juillet
23 juin

Veillée hommage à la Saint-Jean-Baptiste

23 juin
Fin septembre

Le Musiquothon du Vieux Treuil / Fin de semaine

Fin septembre

Recette

Dessert typiquement anglais, régalez-vous avec le war cake! 

war cake (Gâteau de guerre)

Ingrédients
  • 2 tasses de cassonade 
  • 2 tasses d’eau chaude 
  • 2 c. à. t. de graisse 
  • 3/4 tasse de raisins secs
  • 1 c. à. t. de sel 
  • 1 c. à. t. de cannelle 
  • 1 c. à. t. de clous de girofle moulus 
  • 3 tasses de farine 
  • 1 c. à. t. de bicarbonate de soude 
Préparation
  1. Sans une casserole, mélanger la cassonade, l’eau chaude et la graisse. 
  2. Ajouter les raisins secs, le sel, la cannelle et les clous de girofle. Bouillir pendant 5 minutes. 
  3. Laisser refroidir. 
  4. Quand le mélange est froid, ajouter la farine. 
  5. Dissoudre le bicarbonate de soude dans quelques ml d’eau chaude. Ajouter au mélange. 
  6. Bien mélanger et verser dans un moule à cheminée. 
  7. Cuire pendant 1 heure à 350 d. F. 

Traduction libre de la recette issue de l’ouvrage Kerry & Friends , Volume 3: For Holy Trinity Church. 

Mains à la pâte, farine saupoudrées

Articles associés

Contenu du congélateur madelinot: bûche de Noël Vachon, maquereau, homard sous-vide et croxignole

Congélateur étudiant

Ahhhh le congélateur étudiant, celui qui fera l’envie de tous nos futur(e)s ami(e)s de la ville. C’est une réalité d’ici. Pour faire des études supérieures, il faut aller s’exiler sur la Grande-Terre.

Lire la suite →

La shed d’après-midi

Pépé m’a dit que dans son temps, la cuisine c’était l’univers des femmes et la shed celui des hommes. Je suis obligée de dire que c’est encore un peu de même aujourd’hui.

Lire la suite →

Bière des Îles

Avant, tout le monde faisait son alcool. Papa avait un alambic. Il faisait du chien et il fournissait tout le canton. On pouvait arriver à 94% d’alcool avec le chien. Quand il la coulait, le fume piquait les yeux et le monde tombait quasiment plein rien qu’à le siphonner! 

Lire la suite →
Retour haut de page