Saison: À l'année
Lettrine - T pour Tressage

tressage

braiding

Croxignoles - beignets tressés frits dans l'huile de loup-marin
Crédit photo: Isaac Leblanc

Tressage : pratique typique, n.m.

Définition ludique

C’est bien connu qu’aux Îles il y a une rivalité plus ou moins sérieuse entre Fatima et Havre-aux-Maisons, et plusieurs croient qu’elle serait née à l’époque où chacun des villages avait sa propre équipe de hockey. Nos recherches plus ou moins sérieuses nous ont appris qu’elle aurait plutôt une origine… alimentaire. En effet, ce sont les seuls villages de l’archipel qui revendiquent la confection de beignets tressés. Les habitants d’Havre-aux-Maisons auraient initié la rivalité en copiant de leurs descendants de L’Isle-Verte une recette originale de beignets cuits dans l’huile de marsouins.  Toutefois, quand ils auraient voulu se procurer cette huile, personne sur la grande terre ne semblait connaître l’huile de « mawsouin ». Ils auraient donc opté pour celle du loup-marin. Les gens de Fatima, jaloux, ne se seraient pas gênés pour copier des copieurs, tout en préférant l’huile végétale pour faire cuire les beignets. On donna aux pâtisseries le nom de banax à Fatima et de croxignole à Havre-aux-Maisons. Peu importe la rivalité, les deux villages se retrouvèrent sur le X en cuisine…

Le pot-en-pot du café de la grave

Pour Anne-Marie et Berthe, le pot-en-pot est un repas de tous les jours. Pour Nathalie et Marie-Claude, ça prend une occasion spéciale pour mettre la main à la pâte. Pour Vanessa, ce mets rappelle le poêle à bois et la buée dans les vitres chez mamie. Chose certaine, ce plat réconfortant est bien présent chez plusieurs Madelinots et nombreux sont ceux qui salivent à l’idée d’en manger une part pour souper.

« Si vous voulez goûter à du pot-en-pot, c’est ici, au Café de la Grave, qu’il faut le manger! C’est parce qu’on le fait comme chez nous », raconte Nathalie, copropriétaire du restaurant. La recette que le Café a adoptée, c’est la sienne combinée à celle d’Anne-Marie, qui travaille en cuisine. Ça donne un résultat qui plait à tout le monde, puisqu’une moitié de son inspiration provient de Grande-Entrée, et l’autre du Havre-Aubert.

« Au Café, il n’y a pas de pâte en dessous, sinon ça fait trop de pâte. Mais à la maison, c’est dans un grand plat à lasagne avec une pâte au-dessus et une pâte en dessous », poursuit Nathalie. La recette familiale traditionnelle a été adaptée pour le Café afin de vraiment mettre en valeur les produits de la mer. Bien que le pot-en-pot puisse être servi à plusieurs sauces (anguille, maquereau, éperlan, palourde), c’est celui aux fruits de mer qui a remporté la place de choix sur le menu. Comme à la maison, il regorge de gros morceaux. On peut facilement identifier les ingrédients qui le composent : pinces de homard, pétoncles entiers et crevettes nordiques, qui, elles, se doivent d’être québécoises pour que le mets soit entièrement madelinot-québécois. « Y a aussi un peu de patates, mais il faut vraiment dire un peu! », ajoute Nathalie en riant.

Marie-Claude, copropriétaire du Café et fille de Nathalie, croit que la popularité du plat s’est transmise de bouche à oreille, et aussi parce que c’est un plat très typique : « Y a des familles pour qui c’est la tourtière du Lac, ici, c’est le pot-en-pot! Si vous ne comprenez pas l’engouement, c’est que vous n’en avez pas mangé un bon. Et le meilleur pot-en-pot, il est ici! ».

Activités calendaires

Mai à octobre

Soupers accompagnés de musique et de chansons / Tous les soirs, ou presque.

Mai à octobre
Mai et juin

Céramiques cafés / Fins de semaine

Mai et juin
14 juillet

Fêtes des Français (tournois de pétanque)

14 juillet
18 juillet

Anniversaire du Café de la Grave

18 juillet
23 juin

Veillée hommage à la Saint-Jean-Baptiste

23 juin
Fin septembre

Le Musiquothon du Vieux Treuil / Fin de semaine

Fin septembre

Recette

Vous êtes tombés sur une bonne quantité d’huile de loup-marin? Un vent de nostalgie s’empare de vous, et vous n’avez pas peur des odeurs de poisson? Cette recette est parfaite pour vous.

Croquignoles (2)

Ingrédients - Pâte
  • 9 tasses de farine
  • 4 tasses de sucre 
  • 8 œufs 
  • 3 tasses de lait 
  • 2 c. à. t. de sel 
  • 4 c. à . tab. de graisse 
  • 8 c. à. tab. de poudre à pâte 
  • 2 c. à. tab. de vanille
  • Muscade, au goût
Préparation
  1. Battre les oeufs avec le sucre, ajouter le gras et la vanille, la farine avec la poudre à pâte, le sel et la muscade. 
  2. Former une pâte de tous ces ingrédients de la consistance de celle des beignes.
  3. Étendre et découper des carrés de 5 po. de côté environ.
  4. Découper en lanières, mais sans séparer dans les bouts.
  5. Tresser joliment à la manière d’un point jersey tricoté en hauteur. 
  6. Déposez en grande friture dans le gras de loup-marin très chaud en ayant pris soin de déposer une pomme de terre crue dans le fond de la marmite pour éviter que l’odeur de friture imprègne votre cuisine. 

Recette issue de l’édition 1951-86 de l’ouvrage Cuisinons avec les fermières des Îles de la Madeleine.

Mains à la pâte

Articles associés

La shed d’après-midi

Pépé m’a dit que dans son temps, la cuisine c’était l’univers des femmes et la shed celui des hommes. Je suis obligée de dire que c’est encore un peu de même aujourd’hui.

Lire la suite →
Retour haut de page