Saison: Été
Lettrine - I pour Infusion

Infusion

Infusion

Propulsé par Coeur d'herboriste
Infusion
Crédit photo: Isaac Leblanc

Infusion : pratique typique, n.f.

Définition ludique

Il est important de rappeler que la seule infusion de thé digne de ce nom aux Îles demeure, pour une certaine génération, l’indémodable thé King Cole. L’insulte suprême serait d’offrir du thé Salada aux invités, vous seriez gratifié d’un « c’est pas buvable » avant même la première gorgée. Bref, pour des activités purement traditionnelles, vaut mieux s’en tenir aux classiques et chantonner ces douces paroles des Salebarbes : « Un thé deux poches pis enwaye pour le quai. » Pour celles et ceux qui souhaiteraient oser, on retrouve aussi sur le territoire madelinot petits fruits des champs et herbes à récolter pour concocter les plus douces infusions. C’est bien pour dire que des p’tites fraises pis des bleuets, ça sert pas juste à faire des confitures!

Le goût d'une infusion avant tout

On le remarque tout de suite en mettant les pieds sur l’archipel : la flore des Îles de la Madeleine est unique, fragile et magnifique. Quand on s’y attarde, on peut même y trouver quelques plantes comestibles. Bien que nos aïeuls en consommaient davantage que notre génération, quelques individus continuent de créer des douceurs avec le fruit de leurs cueillettes.

Manon Letarte, elle, en fait des infusions. Herboriste de formation et propriétaire de la boutique et comptoir santé Cœur d’herboriste, elle fait sécher des feuilles, des fleurs et des fruits, les mélange et prépare des thés et tisanes composés d’une variété impressionnante de plantes. « On me demande souvent si tout ce que j’utilise vient des Îles. Je m’amuse à répondre que tout ce que je cueille est dans mes tisanes, mais pas tout ce qui est dans mes tisanes est cueilli ici », nous avoue-t-elle. Effectivement, la flore est limitée et facilement épuisable sur l’archipel. Il serait impossible, et surtout irresponsable, de se suffire en produits sauvages sur le territoire.

Quand on entre chez Cœur d’herboriste, on a accès à une expérience où tous nos sens sont mis à profit. Dès les premiers pas, c’est notre nez qui est sollicité avec les fragrances de parfums, d’huiles, ainsi que de feuilles, fleurs et fruits séchés. Ensuite, notre regard s’émerveille devant les formes et les couleurs que prennent les pots, les sachets et les tasses. Et que dire des sourires des employés! Nos papilles sont vite stimulées à l’idée d’un doux nectar, servi froid ou chaud, au bar santé. Finalement, c’est nos oreilles qui frémissent quand elles entendent, en trame de fond, Manon qui s’affaire à créer ses tisanes, comme une petite fée des bois.

Quand elle fait ses mélanges, elle pense surtout au goût. « On devrait d’abord prendre plaisir à boire. Si on consomme une infusion seulement parce qu’on nous a dit que c’est bon pour soi, on ne la prend pas pour les bonnes raisons. J’ai remarqué qu’il se forme un lien inconscient quand on aime quelque chose et que souvent, après coup, on se rend compte que notre corps en avait besoin », nous confie-t-elle.

Il y a cependant des plantes qui sont reconnues pour agir spécifiquement sur le corps. On peut penser au trio verveine citronnée, mélisse et lavande pour le sommeil, aux petits fruits et au thé vert comme antioxydants et aux feuilles de framboisier et à l’ortie pour les vitamines et minéraux.

« J’ai des clients qui cherchent LA meilleure tisane, mais la meilleure tisane pour moi ou pour toi, ce ne sera pas la même. Il faut se faire confiance et être à l’écoute de ce qui nous parle et de ce dont on a besoin », raconte Manon, tout en expliquant que son rôle d’herboriste est celui de guide, et non pas de médecin.

Une chose est certaine, Manon Letarte maîtrise parfaitement l’agencement des plantes et nous propose des infusions qui plaisent à tout le monde. On pourrait même la comparer à une artiste, qui crée des œuvres pour nourrir le corps et l’esprit, avec ce que la terre a à nous offrir.

Activités calendaires

Mai à octobre

Soupers accompagnés de musique et de chansons / Tous les soirs, ou presque.

Mai à octobre
Mai et juin

Céramiques cafés / Fins de semaine

Mai et juin
14 juillet

Fêtes des Français (tournois de pétanque)

14 juillet
18 juillet

Anniversaire du Café de la Grave

18 juillet
23 juin

Veillée hommage à la Saint-Jean-Baptiste

23 juin
Fin septembre

Le Musiquothon du Vieux Treuil / Fin de semaine

Fin septembre

Recette

La palabre raconte que cette recette de sirop de thé du Labrador a des propriétés antidouleurs et aiderait à soulager les migraines!

Sirop de grand thé (herbages)

Préparation
  1. Faire bouillir les herbes environ dix minutes. Jeter la première eau. 
  2. Recouvrir d’eau froide et faire bouillir jusqu’à ce que l’eau devienne brune. Enlever les feuilles, couler l’eau. 
  3. Mesurer une égale quantité de sucre et d’eau. Bouillir, laisser diminuer de moitié, jusqu’à ce qu’il file sur la cuillère.
  4. Ajouter de l’essence de menthe au goût. 
  5. Laisser refroidir. 

Recette issue de l’édition 1951-86 de l’ouvrage Cuisinons avec les fermières des Îles de la Madeleine.

Articles associés

Contenu du congélateur madelinot: bûche de Noël Vachon, maquereau, homard sous-vide et croxignole

Congélateur étudiant

Ahhhh le congélateur étudiant, celui qui fera l’envie de tous nos futur(e)s ami(e)s de la ville. C’est une réalité d’ici. Pour faire des études supérieures, il faut aller s’exiler sur la Grande-Terre.

Lire la suite →

La shed d’après-midi

Pépé m’a dit que dans son temps, la cuisine c’était l’univers des femmes et la shed celui des hommes. Je suis obligée de dire que c’est encore un peu de même aujourd’hui.

Lire la suite →

Bière des Îles

Avant, tout le monde faisait son alcool. Papa avait un alambic. Il faisait du chien et il fournissait tout le canton. On pouvait arriver à 94% d’alcool avec le chien. Quand il la coulait, le fume piquait les yeux et le monde tombait quasiment plein rien qu’à le siphonner! 

Lire la suite →
Retour haut de page